Mariages traditionnels

Le Mariage chez les Dioulas de Lanfiéra avec Adja BARRO  12 juillet

Les Dioulas du village de Lanfiéra sont d’origine mandingue de l’Afrique de l’Ouest. Au Burkina Faso, on les rencontre principalement dans la province du Sourou de la région de la Boucle du Mouhoun. Le mariage coutumier dans cette partie ouest du Burkina particulièrement à LANFIERA est facilement assimilable à celui des Peulhs de BARKOUNDOUMBA dans la province de l’Oubritenga. Pour en savoir davantage sur les cérémonies matrimoniales dans cette région, nous avons échangé avec Madame Awa BARRO une dame bien trempée des coutumes de Lanfiéra.


JPEG - 40.3 ko
Madame Adja BARRO : "De nos jours, les filles refusent que les vieilles les lavent. Elles préfèrent le faire elles-mêmes"

ArtBF. : Parlez-nous des étapes du mariage traditionnel chez les DIOULAS de Lanfiéra.
Adja BARRO (A.B) : Il y a deux approches pour marier une jeune fille à Lanfièra
La première approche, c’est le mariage entre cousin et cousine appelée en langue Dioula "KOSEGUI qui signifie ‘’retour en arrière’’. ‘’Koségui ‘’ est une coutume qui dit que lorsqu’une femme est donnée en mariage, sa première fille doit forcement retourner dans la famille de sa maman pour être donnée plus tard en mariage au fils du frère de sa maman ; c’est-à-dire le cousin. En d’autres termes, la jeune fille est donnée en mariage à un de ses cousins directs. C’est une coutume qui existe depuis des générations et qui continue jusqu’à présent.

- La deuxième approche, c’est le mariage par consentement. La fille est donnée en mariage par son consentement avec le jeune homme.
Les démarches à suivre pour demander la main de la jeune fille
Tout d’abord, la famille du futur marié observe pendant un certain temps le comportement de la jeune fille que leur fils veut marier. La famille vérifie si la fille est de bonne moralité, si elle est d’une bonne famille, de bonne réputation. Après toutes ce temps d’observation, si la famille du futur gendre n’a rien à reprocher à la fille en question, c’est en se moment que les oncles du jeune homme ( en général des vieux) vont demander la main de la fille.
Pour cette première démarche, ils apporteront à la futur belle-famille, 7 noix de colas plus 35f symboliques. Si la famille de la fille est consentante, elle accepte le geste et promet dans les jours à venir donner suite à leur requête. Les 7 noix de cola reçues seront partagées entre tous les membres de la famille, une manière de les informer qu’il y a projet de mariage entre leur fille et un jeune homme.
S’il y a effectivement consentement, la famille de la fille convoque de nouveau le jeune homme et ses oncles pour les informer de leur décision. Mais ils sont prévenus d’avance qu’ils doivent apporter 30 noix de cola et 35 francs ou de la monnaie de manière symbolique. Certaines belles-familles simplifient les choses. Au lieu d’exiger les 35 frs, elles disent simplement d’apporter tout ; qu’est-ce que cela veut dire ? C’est une manière plus ou moins voilée pour dire que la famille de l’homme doit apporter au moins une quarantaine de noix de colas et 300 frs. En tous les cas, que ce soit dans l’un ou dans l’autre, la future belle-famille reçoit les noix et les redistribuent à nouveau à tous les membres de la famille de la fille (vieux, oncles et tantes). C’est à cet instant précis que la future belle-famille convient de concert avec les parents du jeune homme de la date du mariage ainsi que de la composition de la dot. Si c’est un mariage religieux (musulman), le mariage sera célébré à la mosquée. Les imams n’exigent pas une somme en tant que telle ; mais, il y a tout même quelque chose à leur donner.

DE LA COMPOSITION DE LA DOT :
Pour la mosquée :
-  12 500 FCFA
-  Quelques complets de pagnes
-  1 voile
-  Une paire de chaussure
- 
LES DOLEANCES DES FEMMES (côté de la fille)
Le jour du mariage, les manifestations des femmes,( Tantes, sœurs de la fille exige :
-  Une somme d’argent pour faire de l’eau blanche (zomkoom ) et faire la cuisine, natter la tête de la mariée,
-  une natte sur laquelle la mariée doit s’asseoir pour qu’on la coiffe,
-  2 pagnes (1 pagne qui servira à couvrir la natte et le 2ème pagne pour couvrir la mariée)
Des frais de louanges sont versés à la coiffeuse pendant durant tout le temps de la tresse par les tantes du garçon.

De la composition de la délégation devant accompagner la jeune mariée chez son époux
-  Les tantes doivent s’occuper du bain de la mariée
NB : Avant, ce sont les vieilles qui prenaient soin du bain de la mariée avant qu’elle ne rejoigne son mari. Mais de nos jours, les filles refusent que les vieilles les lavent. Elles préfèrent le faire elles-mêmes. C’est vrai que ce n’est pas assez potable ! tu ne vas pas laisser ta nudité pour qu’une vieille vienne te voir.
Le jour de la sortie de la fiancée, ses tantes, ses sœurs, ses parents, la belle famille apporteront des cadeaux composés de pagnes, de plats et de bijoux. Le fiancé apportera ce qu’il peut comme cadeau. Le soir vers 18h où 19h, la fiancée sera accompagnée chez son mari suivi d’une délégation de la famille de la mariée, de la belle famille et de tous ceux qui veulent l’accompagner. Deux jours après, les tantes de la mariée iront au nouveau domicile de la mariée (chez son mari) pour choisir les plats qui seront immédiatement utilisés pour la cuisine et les plats qui doivent être rangés pour une utilisation future. Les tantes aideront aussi la mariée à ranger sa maison.
Fatim BARRO
Images :

Douze mille cinq cent francs
35 francs CFA

Répondre à cet article

Recherhcer
 
 
 
Publicité
Le FDF pour tous les goûts
Orange Burkina
Les lampes solaires LAGAZEL
SEYDONI PRODUCTION
 
Tout Droit reservé - Copyright © : 2012 ArtistesBF