Interviews

Le "Ten-pélem" comme solution à l’incivisme au Burkina  12 juin

Auteur de 5 œuvres, Justine OUEDRAOGO est actuellement en laboratoire où elle prépare la sortie prochaine de son 6ème livre intitulé "le Burkina Faso, la lampe du monde". Mais en attendant cette parution, elle nous entretien sur le "ten-pélem", comme solution pour venir à bout de l’incivisme et surmonter la crise que traverse le pays des hommes intègres. Lisons plutôt !


Justine Marie Philippe Ouedraogo (JMPO) : Je me nomme Justine Marie Philippe OUEDRAOGO, écrivaine, chanteuse, animatrice radio et coordonnatrice d’une association. Je suis auteur de 6 livres et de 2 albums et d’ 1 single.

Artiste BF (ArtBF) : Comment arrivez-vous à honorer tous ces contrats ?
JMPO : Dans toute chose il faut privilégier la planification. Par exemple je me consacre à la littérature pendant 2 heures par jour et un temps pour la musique même si j’avoue que ma carrière musicale n’est pas encore bien lancée.

ArtBF : Votre livre est intitulé "Ten-peelem" et transition au Burkina Faso ; pourquoi un tel titre ?

JMPO : Il faut dire que cette œuvre est un extrait d’un autre livre qui est toujours en cours d’écriture et qui s’intitule "le Burkina Faso, la lampe du monde". Pour moi, être burkinabé ce n’est pas seulement être du Burkina Faso, ni seulement posséder la nationalité mais c’est plutôt être intègre. Le pays bénéficie d’une grâce ; c’est pourquoi, il faut que chaque burkinabé soit conscient de cette chance et donc, valoriser le pays. S’il y’a des hommes intègres dans d’autres pays, on peut dire qu’ils sont tous burkinabé, d’où mon titre "le Burkina Faso, la lampe du monde". C’est dans ce contexte que le "Ten-peelem" a sa place, car pour être intègre il faut que la justice soit restaurée. Comme les institutions humaines ont montré leurs limites, il faut se retourner vers la justice divine et c’est à travers cette connexion divine que le "ten-peelem" a été révélé comme étant le chemin sûr pour nous ramener à nos racines.

ArtBF : Cela reviendrait à admettre que c’est parce que nous nous sommes éloignés de la voie divine que notre pays a failli basculer ?

JMPO : Oui ! Car à mon avis, un pays où il n’y a pas la justice, Dieu lui-même n’existe pas. Dieu est le symbole même de la justice. Pour un pays comme le Burkina Faso, censé être intègre, nous avons renié Dieu en reniant l’intégrité et la justice. C’est donc dire que le pays marchait à contre-courant avec son idéologie et c’est pour cela, qu’il a failli basculer.

ArtBF : Quelle la source de votre inspiration ?

JMPO : Je n’ai pas la prétention d’être un prophète. Dieu s’adresse à tout un chacun, il suffit d’avoir l’oreille attentive afin de saisir la substance de sa parole. Il peut, à travers une personne ou plutôt à travers les messages gravés dans les livres saints (bible et coran) transmettre son message. Je peux donc dire que mon inspiration et ma révélation viennent de la parole de Dieu.

ArtBF : On aurait compris que vous tenez à faire une conférence sur le terrorisme dans les prochains jours. En entendant, pouvez-vous nous entretenir sur l’incivisme grandissant dans notre pays ?

JMPO : Le principal élément qui est la cause de ces 2 maux que sont le terrorisme et l’incivisme est l’injustice. L’injustice englobe l’impunité, les détournements, la mauvaise gouvernance et autres.
Pour venir à bout de l’incivisme il faudrait s’attaquer à la racine ; c’est-à-dire ; éliminer l’injustice. Comme nos tribunaux ne veulent pas faire la justice gratuitement, il faut se retourner vers les tribunaux divins. Si nous prenons l’histoire de l’exode du peuple juif dans le désert, il y a eu une rébellion qui s’est créée pour inciter les autres à ne pas suivre Moïse ; ce dernier à invoquer Dieu afin qu’il lui montre le chemin, et c’est à travers la terre que Moïse arriva à bout de ses ennemis.

ArtBF : Dans le contexte du Burkina Faso, qu’est-ce que vous pouvez proposer comme solution ?

JMPO : La solution c’est d’envoyer le ten-peelem sur la terre ; c’est-à-dire que les hommes doivent jurer su la terre. Il est écrit dans les saintes écritures que Dieu vaincra les ennemis en faisant d’eux une marche pied c’est-à-dire qu’ils retourneront à la terre. C’est donc dire que le ten-peelem doit être présent dans nos palais de justice.

ArtBF : Y a-t-il déjà eu des exemples de pratique de ten-peelem dans d’autres pays ?

JMPO : Oui je peux citer le Ghana et le Kenya. Dans ces pays les citoyens ont le choix entre les tribunaux ordinaires et les tribunaux traditionnels où le ten-peelem est appliqué. Il faut dire que le ten-peelem que nous prônons ne consistes pas à faire des sacrifices d’animaux mais plutôt celui qui permet de canaliser l’énergie de la terre pour la victoire du bien sur le mal. Chaque être vivant est tenu par la terre grâce à une énergie qu’on appelle énergie tellurique qui peut être considéré comme l’intégrité ; pour prendre appui sur cette énergie il faut donc être intègre sinon elle vous nuira.

ArtBF : De tout ce qui précède peut-on dire que le tee-peelem peut-être considérer comme une divinité ?

JMPO : Non le ten-peelem n’est pas une divinité mais plutôt un instrument de justice que Dieu a donnée à l’humanité.

ArtBF : Votre mot de la fin

JMPO : Les gens doivent savoir que même si nos tribunaux ordinaires ne peuvent pas nous donner la justice, il y a d’autres voies telles que la terre pour avoir une justice vraie. Il est écrit dans la bible que si nous faisons confiance à la terre, nous allons rire du désastre car la terre recèle d’énergie qui peut nous protéger de toutes catastrophes ou même nous rendre justice.
Patrick Coulidiaty

Répondre à cet article

Recherhcer
 
 
 
Publicité
Le FDF pour tous les goûts
Orange Burkina
Les lampes solaires LAGAZEL
SEYDONI PRODUCTION
 
Tout Droit reservé - Copyright © : 2012 ArtistesBF